Mushobekwa se sent trahie

La ministre des Droits Humains n’y voit que du rouge.  Des images d’elle et de Dorcas Makaya, une victime collatérale de la marche du 31 décembre, ont été mises en ligne. A sa grande stupéfaction.  Une forfaiture signée Rachel Kitsita, à en croire la ministre qui affirme par ailleurs lui avoir confié ces images.

« Je suis […] choquée« , écrit-elle sur sa page facebook. « J’ai pris Kitsita Ndongo Rachel […] pour qu’elle puisse me transférer les images. »

Rachel Kitsita est une journaliste bien connue dans les milieux politiques de Kinshasa.  Les images dont il est question, Marie-Ange Mushobekwa se devaient de les transmettre à son chef, le Premier ministre Bruno Tshibala, pour lui rendre compte de sa visite, ce jour-là, à Dorcas Makaya, hospitalisé aux Cliniques universitaires de Kinshasa.

Stupéfaction

C’est en recevant les parents de cette dernière que Marie-Ange Mushobekwa est informée de la diffusion sur les réseaux sociaux d’images qu’elle avait confiées à Rachel Kitsita deux jours plus tôt.  « Rachel a carrément agi avec l’intention de me nuire « , souligne-t-elle.  Une explication qui cadre sans doute avec le contexte politique actuel.  L’opposition veut précipiter le départ du Président Joseph Kabila.  Dorcas Makaya qui a reçu une balle dans la mâchoire, lors de la marche interdite du 31 décembre, est devenue malgré elle l’objet d’un enjeu politique majeur entre la Majorité et l’Opposition. La constitution prévoit que « le Chef de l’Etat en exercice reste au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur« .  Donc jusqu’à décembre 2018, au moins, dans ce cas d’espèce.

Une collecte de fonds venue

Le weekend dernier, des photos de la jeune femme circulaient déjà sur le Net. Un groupe d’individus les avaient postées en appelant à une collecte de fonds pour subvenir aux frais médicaux de mademoiselle Dorcas Makaya. Ses parents n’ont pas tardé à réagir.  Ils ont exprimés leur mépris pour ce genre d’exercice et exiger la fin de cette campagne qu’ils jugent « dévalorisante » pour leur fille et leur famille.

Dorcas Makaya serait à ce jour quelque part hospitalisée en Afrique du Sud.  La ministre des Droits humains s’y était engagée au nom du gouvernement, selon ses propres dires. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *