Paul Kagame quitte la présidence de l’UA

Le mandat du Chef de l’Etat rwandais à la présidence de l’Union Africaine arrive à sa fin le 11 février courant. Son bilan restera sans doute quelque peu mitigé.

Paul Kagame a certes eu de bonnes idées.  Mais faute de les avoir menées à bout, il laissera sans doute derrière lui un goût de trop peu. Ses pairs ne l’ont pas tous suivi.  Notamment en ce qui concerne la taxe de 0,2% sur les importations.

Une taxe qui est censée assurer l’autofinancement de l’Union.  Seule la moitié des états membres se sont exécutés. Des grandes nations comme l’Afrique du Sud de Cyril Ramaphosa continuent donc à traîner les pieds.

Il convient de noter que l’UA se fait financer en réalité par des nations occidentales.  A près de 80%,  pour un budget équivalent à un peu moins de 800 millions de dollars.  Ce qui en dit sans doute long sur son degré d’autonomie.

Mouammar Kadhafi est venu avec l’idée d’auto financement.  Il sera sauvagement assassiné par la suite.

L’institution africaine voulait se doter, sous la houlette de Paul Kagame, entre autres, d’une force de maintien de la paix.  Sur les 400 millions de dollars évalués pour ce projet, seuls 60 millions ont pu entrer dans les caisses.

Paul Kagame à la tête de l’UA, c’est aussi cette tentative manquée d’imposer un recomptage des bulletins de vote au Congo, à l’issue des élections du 30 décembre, que les gens ne vont sans doute pas vite oublier.

L’homme fort du Rwanda passera le flambeau, le 11 février courant, à son homologue égyptien Abdel Fattah Al-Sissi dans l’espoir que l’Afrique continue d’aller de l’avant.

(c)Bbp/2019/02/08/jaa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *